jeudi 8 mai 2008

LE GREEN WASHING EST-IL LE NOUVEL ORDRE ECOLOGIQUE ?


Suis-je verte ? ai-je une conscience écolo ? Analyse typo
chronologique d’une journée type :

Le matin je me lève, saute sur mon café Max (Haavelar), engloutis mon yaourt au bifidus très actif et hop ! dans la douche. « Attention ! ne fais pas trop couler l’eau ! » me dis-je très fort dans ma tête pour me réveiller. J’enfile mon tee-shirt American Apparel pour soutenir la cause des latinos (je suis moi-même un peu asiatique alors croyez-moi, je sais ce que c’est la vie des minorités…). Je me glisse dans mon jean slim pour aider l’aérodynamie du bus 96 puis je chausse mes baskets qui courent vite. Des Vejas bien sur.

Je file au boulot sur mon solex électrique : rapide, silencieux, je parcoure mon Répu/Bonne Nouvelle en 1h30 mais sans avoir pollué, et ça c’est important. J’arrive au taf, je prends mon verre d’eau filtrée (le mec des facilities est lui aussi très impliqué dans l’économie solidaire). J’ouvre ma boite mail et JE N’IMPRIME PAS mes mails. Je les lis online. Ca m’a couté 300 € en lunettes de vue Wayfarer mais j’ai contribué à préserver la planète et ça c’est important. Je mets ma petite phrase verte en bas de mes courriels « vite vite petit facteur car l’amitié n’attend pas » enfin plutôt « N’imprimez pas vos emails c’est plus sympa pour la planète ». J’y tiens car je viens de faire un gosse et vu que j’ai déjà niqué son système social en voyageant aux frais du chômage entre 97 et 2003, je tiens au moins à lui léguer une planète à peu près respirable.

Déjà 12h30 ? Pffiou… le temps passe vite. Je déjeune rapide chez DeMets c’est sain, c’est très moi. Ma journée passe à une vitesse de dingue, il est 17h30, j’ai la tête farcie au tofu… Je rentre à pied cette fois, besoin de respirer un peu sur les Grands Boulevards. J’achète trois bouteilles de vin commerce équitable et m’en enfile une dans la foulée. L’ivresse bio m’envahit… Quelle journée je suis vannée ! un suppo d’huile de bourrache et au lit.

Bilan ? Et bien écoutez, à la relecture de cette description, je crois pouvoir dire sans honte que j’ai une conscience environnementale. Je consomme les bonnes choses, je me dit les bonnes choses, je mets les bonnes phrases en bas de mes mails, je communique mon implication. Ouai, suis assez bonne en green machin…

3 commentaires:

Bridget a dit…

il te reste les couches non jetables - écolo de ton môme à laver, faut pas mollir, la journée n'est pas finie!

sandrine a dit…

coucou,je profite de ton comm sur ladies room pour découvrir ton blog,très sympa!sand 81

So dilettante a dit…

@bridget : la c'est plus de l'implication, c'est de la négation !