samedi 31 mai 2008

VIERGE DE PIGE


Deux minutes de prétention, 1 minute de fierté. J'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai été contactée pour ma première pige. Pour Ladies Room un e-magazine communautaire de filles. Il m'ont donc invitée à un concert en avant-première et m'ont envoyé l'album de l'artiste pour une critique légère mais en bonne et dûe forme. Je la posterai bientôt, et j'enchainerai plus tard sur la liberté d'écrire ce qu'on veut... pourvu qu'on aime. Mais moi je m'en fous je suis juste contente ! J'en profite pour vous remercier de votre visite, et même de votre fidélité pour certains. Je suis ravie que vous trouviez un tout petit peu d'intérêt à ce blog ! Bises à tous.

vendredi 30 mai 2008

PHILOSOPHIE FOIREUSE DE LA MARQUE : BETISIER

Si elle n’avait pas une finalité aussi mercantile, la marque pourrait faire l’objet d’un essai philosophique. Porteuses de valeurs, construites pour séduire les foules, avides de pouvoir, et assoiffées de puissance les marques – commerciales, politiques ou religieuses – construisent des symboles que le public sacralise. Enfin dans le meilleur des cas. Car l’une des difficultés d’une marque à succès est d’en assurer la cohérence lorsqu’elle s’exporte. Ainsi un nom chargé de symboles positifs chez nous peut s’avérer lamentable dans un autre pays. Il est alors impératif de vérifier les significations et symboliques locales. Sinon ça donne des trucs du genre (merci à l’agence Graphèmes) :


Fion est une marque de cosmétiques indonésienne, à consonances françaises car ça fait plus chic.


marque japonaise de produits de beauté

marque de vêtements au Japon encore


marque de textile en Chine


ou robes de mariée. "moi pour les mariages, je suis très Bourrée".
Vous en voulez d'autres ? alors kikez là.

mardi 27 mai 2008

MODE ET RELIGION : Islam style


Allah est grand ! mais nous on a toutes les tailles ! Sur www.styleislam.com on peut trouver des vêtements customizés façon Islam libéré. A la suite du scandale des caricatures de Mahomet au Danemark en 2005 le graphiste Melih Kesmen – 33 ans - a souhaité montrer au monde entier que l’islam pouvait être à la fois modéré et avoir de l’humour. Les jeunes musulmans branchés et engagés peuvent donc arborer des slogans comme « I Love my Prophet Mohammed » sur leur sweater, faire porter un tablier « Hijab, my heart my choice my life » à leur femme ou vêtir leur bébé d’un joli tee-shirt « Muslim by nature ». avec un joli biberon dessiné dessus. Heu Melih… ? comment dirais-je…. ia de l’idée. Si si c’est bien. pas forcément du meilleur goût mais c'est bien... Ah t'as quand même fait 1 an 1/2 de graphisme...? alors peut-être que la solution serait de prendre un concep rédac ..? Moi je dis ça je dis rien Melih…

dimanche 25 mai 2008

FEMINISME 2e EFFET


Aujourd’hui je suis révoltée, révoltée du soutif. Oui, marre de ne plus avoir de temps, plus avoir le choix, plus avoir de temps à moi. Faites des gosses si vous voulez, mais abandonnez l'idée d'exister pour vous, il y aura déjà tellement de gens à contenter avant votre petite personne ... Je ne sais pas ce qu’elles ont foutu les femmes du 20e siècle, mais elles n’ont pas dû réaliser le mal qu’elles feraient lorsqu'elles se sont battues pour les droits des femmes, même pas encore nées pour certaines. Je crois bien qu'elles ont commencé à déconner dès le début du siècle si mes souvenirs sont bons... quand elles ont remplacé les hommes partis à la guerre au cours des 2 conflits mondiaux. Bon, pourquoi pas... quoi que... bosser à l'usine, au champ à la boutique merci Bernard. Disons que c'était pour pour rendre service...

Qu’après elles souhaitent rester à l’usine, au champ, à la boutique quand les hommes sont rentrés de la guerre, déjà ça commençait à être chelou. Le chômage ayant montré ses dents de lait pendant les années yéyé, et les hommes -dieu les garde - ayant lâchement accusé les femmes actives d'y contribuer, on a pu y couper pendant une belle dizaine d’années supplémentaires. Un risque de travailler aussi énorme, causé par un groupe de femmes aussi petit ça m’aurait fait mal aux fesses… La société ne va quand même pas évoluer à cause d’une minorité virulente non ?

Evidemment le droit au vote, au compte bancaire, à la pilule et à l’orgasme c’est un minimum, et de ce côté-là rien à redire. Je veux bien être gentille avec mon mec mais ia pas marqué pigeon là ! Mais le droit au travail ET aux gosses c’est un peu trop là les filles... Je crois que vous avez vu trop court terme. Un peu comme les architectes qui ont imaginé les « cités » - radieuses et autres d’ailleurs : sur papier glossy ça paraissait parfait (Bienvenue à Gattaca) et au final on voit aujourd’hui ce que ça donne.

Et bien nous les femmes modernes on en est là aussi. On court comme des folles pour faire les courses, amener les gosses à la crèche, les doucher et faire la bouffe. Assurer avec nos copines car on n’est pas que des mères on sait aussi faire la fête et c’est pas un mioche qui va changer ça. Faire du sexe comme des bêtes car il faut bien prouver à notre homme qu'on est toujours wild, même en se levant à 6h du mat' tous les jours pour Bibou. Ajoutez au fait d’être mère parfaite et maîtresse experte le fait d’être femme accomplie dans une société qui attend toujours plus. Exister socialement sans notre jules, exister professionnellement également, et là on attaque la politique : gérer sa carrière, se placer auprès des leaders, provoquer les opportunités et évoluer avant la retraite. Pffiiuuu suis fatiguée là… et ça c’est qu’une seule journée…

En plus avec ces conneries, même nos mecs ne savent plus comment se comporter. C’est quand même super compliqué pour eux de se placer dans cette société nouveau modèle : on les veut virils mais s’ils pleurent parfois c’est mieux (pas devant une belle victoire du PSG j'entends), on les veut présents mais pas collants, on veut qu’ils s’occupent des gosses mais comme nous, pas comme eux. Qu’ils gagnent des sous mais qu’ils nous accordent du temps… bref je voulais juste dire à ma mère… T’AS VU MAMAN LA MERDE QUE T’A FOUTU ??!


(vous pouvez aussi voir cet article sur LadiesRoom)

samedi 24 mai 2008

ART URBAIN : NIGHT WRITERS


Après les Space Invaders, Amour, les drapeaux dans les crottes de chiens et j'en passe… les Night Writers, membres du collectif d’artistes New-Yorkais Graffiti Research Lab (GRL) animent nos murs. Ces taggeurs noctambules ont troqué les ô combien obsolètes bombes de peintures et marqueurs eightee au profit d’un outil neuf au potentiel infini : les LED. Mais qu’est-ce donc qu’une LED docteur ? LED est l’abréviation de Light Emitting Diode – ou diode électroluminescente – un composant électronique capable d’émettre de la lumière lorsqu’il est parcouru par un courant électrique. Cette micro ampoule peut donc aussi bien être un témoin lumineux qui vous confirme que votre décodeur Canal+ est allumé, qu'un dessin luminescent, une carte du métro murale ou une enseigne publicitaire si on les utilise en nombre. Une forme de pointillisme contemporain dans son utilisation la plus aboutie. Dieu merci certains se sont affranchis de ces considérations sans imagination, pour entrevoir des utilisations plus légères et parfois collectives. Non contents d’être créatifs eux-mêmes, les GRL cherchent selon Wikipedia « à appuyer technologiquement l’individu, pour réinvestir de manière créative leur environnement envahi par la culture du commerce et de l’entreprise ». oui ça tourne à plein régime la-d’dans. Je confirme : à l'initiative du G.R.L se trouve entre autres James Powderly (aussi connu sous le pseudoyme de « Resistor »), diplômé du NYU Interactive Telecommunications Program, ancien ingénieur à Honeybee Robotics, ayant développé pour la NASA. La science au service de l’art… c’est beau. GLR movie N°I :

jeudi 22 mai 2008

ENVIRONNEMENT : SURFRIDERS FOUNDATION


Ils sont blonds, ils sont beaux, je suis sure qu'ils sont nus et tout bronzés les cochons, et ils font partie de la Surfrider Foundation. Afin de sensibiliser la population californienne à la protection de leur terrain de jeu naturel – l’océan - les surfeurs ont mis le paquet… le paquet de cellophane pour être exacte. Aux rayons fish et crustacés de Los Angeles, vous trouverez à peu près tout ce qu’on peut trouver sur la plage aujourd’hui : des crevettes, des palourdes, des bigorneaux, des fourchettes en plastiques, des balles, des bouchons, des mégots de cigarettes... Les déchets jetés sur les plages américaines sont donc minutieusement récoltés par l'association, conditionnés comme de vrais produits de la mer, puis redéposés aux rayons frais des supermarchés. Une bouteille à la mer dont le message est sans équivoque, savamment orchestrée par l'agence Saatchi & Saatchi L.A............ La ville des Anges... je suis sure que tous les employés sont des surfeurs…..mmmh.... tous nus... tous bronzés… tous cochons.... fffffchhhhhhh............ (bruit du vent dans mes cheveux salés)…(source Influencia)

mardi 13 mai 2008

CANSVA


Bonjour,

Vous êtes bien sur le blog de SoD.

Je ne suis pas là pour le moment car je bois une sangria en Espagne.

Je serai de retour jeudi prochain

mais vous pouvez laisser un message après le bip. Bip.





dimanche 11 mai 2008

PHOTOGRAPHIE : MARTIN WOLF WAGNER

Martin Wolf Wagner, un travail épuré et sophistiqué à la fois, qui en dit long mais pas trop. un peu comme moi.

vendredi 9 mai 2008

DISTRIB' AUTOMATIQUE DE SHOES


Qui aime le street Marketing ? Moi moi moi mdame ! Bon alors j'ai vu sur Libération - Next qu'un distributeur automatique de baskets avait été déposé le mois dernier à Carnaby Street à Londres. Fini les fins de soirées où, talons dans les mains, nous les filles nous gémissons «j’ai mal aux pieds j’ai trop dansé ! » La solution est dans la rue, devant nous, offerte et indécente. Quant aux mecs, la praticité de l’objet ne pourra que les séduire... Je ne suis en général pas très fan de ce genre de publicité urbaine et grand public, mais il faut avouer que celle-ci est marrante. C’est donc là-bas que la marque Onitsuka Tiger, créée par l’un des fondateurs d’Asics, a choisi de créer le buzz. Reebok avait déjà apparemment essayé en 2004 mais sans grand succès. Comme quoi, dirait Kotler, ce n’est pas parce que vous mettez un produit sur le marché que ce dernier est prêt à l’acheter. J’aurais voulu l’essayer mais l’initiative se cantonne à l’Angleterre pour le moment. Dommage. « Cela dit, il est vrai qu’aucun distributeur ne fait long feu en France » me dis-je en regardant distraitement le scooter qui remonte ma rue en sens interdit. Non il faut du respect, de la discipline, de l’ordre pour faire la queue bien droite devant un distrib public. Et des gens civilisés pour éviter de défoncer le truc car on a mis 1 € "mais... oh putain j'vais lui niquer sa race de distrib... j'ai mis ma pièce... tranquille, et elle est pas tombée c’tenculée de sketba !"

jeudi 8 mai 2008

LE GREEN WASHING EST-IL LE NOUVEL ORDRE ECOLOGIQUE ?


Suis-je verte ? ai-je une conscience écolo ? Analyse typo
chronologique d’une journée type :

Le matin je me lève, saute sur mon café Max (Haavelar), engloutis mon yaourt au bifidus très actif et hop ! dans la douche. « Attention ! ne fais pas trop couler l’eau ! » me dis-je très fort dans ma tête pour me réveiller. J’enfile mon tee-shirt American Apparel pour soutenir la cause des latinos (je suis moi-même un peu asiatique alors croyez-moi, je sais ce que c’est la vie des minorités…). Je me glisse dans mon jean slim pour aider l’aérodynamie du bus 96 puis je chausse mes baskets qui courent vite. Des Vejas bien sur.

Je file au boulot sur mon solex électrique : rapide, silencieux, je parcoure mon Répu/Bonne Nouvelle en 1h30 mais sans avoir pollué, et ça c’est important. J’arrive au taf, je prends mon verre d’eau filtrée (le mec des facilities est lui aussi très impliqué dans l’économie solidaire). J’ouvre ma boite mail et JE N’IMPRIME PAS mes mails. Je les lis online. Ca m’a couté 300 € en lunettes de vue Wayfarer mais j’ai contribué à préserver la planète et ça c’est important. Je mets ma petite phrase verte en bas de mes courriels « vite vite petit facteur car l’amitié n’attend pas » enfin plutôt « N’imprimez pas vos emails c’est plus sympa pour la planète ». J’y tiens car je viens de faire un gosse et vu que j’ai déjà niqué son système social en voyageant aux frais du chômage entre 97 et 2003, je tiens au moins à lui léguer une planète à peu près respirable.

Déjà 12h30 ? Pffiou… le temps passe vite. Je déjeune rapide chez DeMets c’est sain, c’est très moi. Ma journée passe à une vitesse de dingue, il est 17h30, j’ai la tête farcie au tofu… Je rentre à pied cette fois, besoin de respirer un peu sur les Grands Boulevards. J’achète trois bouteilles de vin commerce équitable et m’en enfile une dans la foulée. L’ivresse bio m’envahit… Quelle journée je suis vannée ! un suppo d’huile de bourrache et au lit.

Bilan ? Et bien écoutez, à la relecture de cette description, je crois pouvoir dire sans honte que j’ai une conscience environnementale. Je consomme les bonnes choses, je me dit les bonnes choses, je mets les bonnes phrases en bas de mes mails, je communique mon implication. Ouai, suis assez bonne en green machin…

mercredi 7 mai 2008

mardi 6 mai 2008

Made in China


Petite leçon de français. Attention reste bien souple sur les jambes... Tu sais ce qu’est un syllogisme ? En voici un exemple : la Chine est l’usine du monde, le Tibet fait partie du monde, donc la Chine est l’usine du Tibet. Si tu n’as pas bien compris, la police de Guangdong a bien intégré le concept elle… en découvrant une usine de bannières
pro tibétaines dans son secteur. Tous les employés de l'usine marchaient jusqu'ici à la baguette jusqu’à ce qu’un petit cafteur d’ouvrier chinois dénonce le patron aux autorités. Ce dernier, pris la main dans le sac (fake sans doute) soutint alors mordicus qu’il ne savait pas ce que représentait la symbolique du lion des neiges ! Malheureusement pour eux quelques drapeaux auraient déjà été distribués, et pourraient donc apparaître comme un cheveu sur le Pho lors du passage de la flamme olympique à Hong-Kong ce vendredi. Si comme moi vous lisez couramment le chinois et les points d’interrogations, libre à vous de vérifier l'info sur mingpaonews.com...

dimanche 4 mai 2008

PHOTOGRAPHE DU JOUR : SPENCER TUNIK

Spencer Tunik, un mec qui fait du nu pas sexy. Les naturistes en sont fous... Regardez bien, je suis dans la 1ère image.



samedi 3 mai 2008

GRAPHIC DESIGN : Et toi tu aimes la moustache ?


J'aime la moustache. Désespérément, éperdument je les aime les moustaches. Elles me troublent me hantent me retournent la tête de nuit et comme de jour. Parfois ça me prend en pleine journée, entre 2 réunions, je file à mon ordi et je tape "moustache" dans Google images. La nuit, quand j'ai un nouvel amant endormi, je ne résiste pas à porter la main… à ma boite à moustaches. J'en choisis une au toucher (je les connais par cœur……) et la colle délicatement sous le nez endormi. Qu'il est beau ainsi... je m’assoupis en paix. Et sur quoi tombai-je alors que je pratiquai ma veille webbounesque quotidienne ? Sur Moustache me, un ma-gni-fi-que site de moustaches ajustables, à sticker partout. Un site de moustaches terroristes. Un site qui dit : la publicité défigure notre paysage, défigurons la publicité en lui collant une bonne moustache! Jetez un oeil et le bon ICI

jeudi 1 mai 2008

CONCERT MUSIQUE : NAIVE NEW BEATERS

Hier je me suis crue jeune et je suis allée voir les Naïve New Beaters en concert au centre Fleury Goutte d’Or Barbara (petite parenthèse : pour les musiciens, on peut y faire des mix et des enregistrements pour pas cher).

Je décide donc d’emmener mon copain antho, aussi jeune que moi. Il ne connaît pas mais royale, je lui offre la place à 9,50 € car trop envie de faire des choses dingues en pleine semaine (certes nous sommes à la veille du 1er mai...). Nous voila donc à la caisse : 20 personnes, 22 ans d’âge moyen, tous sur la guest... Apparemment on est les seuls payer mais c’est pas grave, on est sans doute les seuls à travailler aussi. Comme à son habitude mon pote se dirige vers les toilettes dès son arrivée, je décide d’investir le bar. Jus de tomate, jus d’orange, coca, coca light, lait fraise…. « cherchez pas, ia pas d’alcool » me lance la serveuse. Chelou ce concert…

En attendant le début, on se pose dans un coin et on observe la faune. Ca piaille, ça rigole, de notre côté ça baille plutôt. Je rassure antho devant les 30 personnes présentes « t’as vu ia pas beaucoup de monde c’est vraiment underground ! on a de la chance de les voir si tôt ». On décide de faire appel d’air en s’approchant de la scène. Les autres nous emboîtent le pas. On est maintenant une petite quarantaine dans un espace qui en contient le triple. « cool ! j’ai pas mis de talons mais je vais voir quand même… » me dis-je intérieurement.

Ca y’est les Naive New Beaters débarquent, presque à l’heure. « tiens ia pas de première partie ? ». Petite basse pour les accompagner, ils prennent leur place, sont déguisés avec les tee-shirts synthétiques les plus ugly qu’ils ont dû trouver chez Momo le moins cher. A moins que ce ne soit leur tenue habituelle ? A gauche Eurobelix, marrant ; au centre David Boring, charismatique; à droite Martin Luther BB King, transparent. « Bonsoir la Fraaaaaance ! I’m David Booooooooorrrrrrrrrriiiiing ! ». Yeah… je sens qu’il va me faire marrer celui-là. Il allume sa seule déco en la pointant du doigt en rythme : « on est les Naive New Beaters yeah ! ». le truc clignote. Ffffiou, ia des moyens. Il dit deux trois mots, enchaîne, fait des bonds, tâche de mettre l’ambiance, nous martèle de crazy signs. Mais le Français est timide, surtout quand tout le monde le voit. On tape tous du pied. Ça swingue.

Il est déchaîné, fait tournoyer son bassin, accompagne les riff de guitare… en fait il est très drôle. Antho et moi on a la banane cette fois, on rit, parfois second degré mais on rit. David (prononcer Dèïvid) ne se prend pas au sérieux. Il parle très bien le français, nous explique sa vie, sa situation familiale, nous présente Claude sa belle-mère dans la salle. David vit à paris près du KFC Goutte d’Or, mais il est de Los Angeles. L.A. nous montre t’il avec son pouce et son index mais c’est super dur à imiter par écrit. Bref on se marre jusqu’à la fin, 46 minutes plus tard. Il revêt sa parure la plus kitch recouverte de vrais diamants seventies pour nous signifier qu’on est au bout, et que ce serait bien de le rappeler quand il fera semblant de partir. Oooohhhhhh….

Ayé c'est fini dommage, mais on s’est bien marrés et on est top dégourdis du pied. Et là un 2e artiste arrive : applaudissements. Et moi je viens de comprendre : en fait les Naïve New Beaters sont la première partie. Décidément vraiment underground ce concert... Ah, au fait, ils rejouent au Batofar le 11 mai prochain. Certains la connaissent déjà mais je ne peux résister à promouvoir à nouveau leur dernière video :